Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2017 7 13 /08 /août /2017 15:21

Oun thé Oun thé Oun thé

Y’a Oun thé qu’est fumé………………..

Je suis amoureux de ce paysage

Ce semi-désert sur le causse

Celui là est tout petit

C’est le plus petit de tous

La Causse de Blandas

Sous la chaleur écrasante de l’été

Je suis soudain pongé loin du monde

Buissons, route cahoteuse et étroite

Aussi sinueuse que le partage des terres

On ne sait jamais bien où elle vous emmène

Et tout à coup

Le hameau apparait dans une légère dépression

Des menhirs

Des cromlechs

Des fils de fer barbelés

Des brebis égarées

Quelques vaches semblent regretter l’herbe grasse

Des paysages qui foudroient le regard

Et la route plonge soudain dans le cirque de Navacelles

Grandiose !!!!!!!!!!!!!!

Je ne me lasse pas de ce décor impressionnant

Descendre la pente

Remonter la pente

Et c’est le Larzac et son ambiance de western

A chaque fois que je reviens ici

Je revis

*******************************************************************************

Je reprends la route

Ruban d’asphalte qui serpente dans ce désert

Terre de cailloux

C’est tout

J’enjambe une voie nord/sud

Ou passent les caravanes

Je retrouve vite la solitude du causse

Mais celui-ci s’ouvre rapidement sur une forêt immense

C’est la Montagne Noire

Et les départements s’enchaînent comme un puzzle torturé

Hérault / Aveyron / Tarn / Tarn et Garonne / Hérault de nouveau

C’est la croisée des chemins

Des villages

Des vallées

Des gares improbables

Murat sur Vèbre

Souvenir d’un passage lointain

St Pons de Tomières

Cathédrale incroyable

Orgue magnifique

Théâtre du pouvoir

Sans discernement

Col de la Baraque

La forêt encore et partout

L’air frais

Et Craquotte qui fête dignement ses 160.000km

C’est quand même autre chose de le fêter ici

Plutôt qu’entre Beaucaire et Remoulins

*****************************************************************************************************

Mes amis me reçoivent

Toujours de bonne humeur

La poterie tourne au ralenti

Les touristes flânent

Sans vraiment savoir pourquoi

Le village est calme

Aujourd’hui du balcon

On ne voit pas le  Canigou

Le lendemain c’est pire

Je pensais monter jusqu’au Pic de Nore

Mais dès 1000m je suis dans la purée

Avec la pluie en prime

Le froid se met aussi de la partir

Tant pis

Je redescends

Mazamet, Castres

Je suis versant atlantique*j’ai changé de pays

J’arrive chez mon frère

Il m’attend sur la place du village

Castelnau de Montmiral

Sa maison ressemble à une grotte

Il a souvent vécu dans ce genre d’habitat

******************************************************************************

J’y reste quelques jours et nous parcourons les routes à la recherche des villages perchés

Puycelsi, Puis celle là, Bruniquel un jour

Albi la magnifique, le musée La Pérouse et Cordes un autre

C’est blindé de touristes mais ça vaut tout de même le détour

Visite d’une maison incroyable dédiée à une gourou

Remplie de sculptures monumentales en bois (hommage à Brancusi)

Et espaces de méditation. Là, il faut se déchausser. Ce que je fais pour monter

Dans le grenier, des petits espaces intimes avec tapis et portraits de la dame

Sur le parapet de la place avec vue imprenable, j’entame la conversation avec une famille argentine de Buenos Aires

La jeune fille est d’une beauté incroyable et j’avais bien reconnu cet accent si particulier.

Il ya aura aussi Carmaux et son musée du Verre

Hommage à Jean Jaurès qui y en fut le maire et qui défendît  les ouvriers en grève

Vaour, village militant. Nous ne sommes pas loin de Sivens

Et j’y retrouve Jean Yves cinq ans après, un ancien client de la librairie qui a troqué son camping de St Rémy pour une ferme et la culture du Safran. Ça galère un peu mais le sourire est sur le visage. Nous partageons un repas de crêpe et un verre de rouge sur la place du marché en parlant de vie locale et de militantisme. Retour sous un déluge d’orage de pluie et de tornade. Il faut parfois rouler à 20 à l’heure.

*****************************************************************************

J’emmène aussi mon frère sur quelques sentiers

Une façon de lui redonner le gout de la marche

Dans cette belle région vallonnée

Belle rencontre avec une biche et son faon

Et des prunes à foison tombées lors de l’orage : on ramasse

*****************************************************************************

C’est l’heure du départ

Le temps s’est remis au beau

Après les trombes d’eau

Qui sont tombées la veille

Retour par la vallée du Tarn

Ambialet : un château au bord de l’eau

Celui d’une princesse ?

Non, une centrale électrique : quelle poésie !

Pause au café de la presqu’île

Ambiance surannée qui vaut son pesant de cacahouètes

*********************************************************

Plaisance

Vallée de la Rance

St Surnin : tout à coup je vois le panneau Martrin

Je ne serais donc pas si loin de la bergerie de mon amie Perrine

J’appelle

Ils sont là

On se retrouve

Et c’est comme ça que je me perds dans l’Aveyron et son paysage grandiose

Fermes éparses

Coteaux pentus

Bois denses

Rivières tortueuses

Maisons aux pierres rouges

Sacré caractère !!!!!

Et puis chez eux au bout du chemin

Une maison sur un promontoire avec vue immense

Les brebis qui savourent une herbe grasse et généreuse

Les chiens partout

Les sourires radieux

Cette maison est faite pour eux

Je leur souhaite tout le bonheur qu’ils méritent

Et je reprends la route pour le dernier tronçon

Ça ne devrait pas prendre trop de temps

 

Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Mes vacances avec Craquotte – 800km dans la campagne…Larzac, Minervois,  Gaillacois, et Aveyronnois
Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie à moto
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 16:30
En montagne tout est élégance

En montagne tout est élégance

Le torrent qui dévale

La pierre qui brille au soleil

La rocher qui jalonne le sentier

Le bruit du vent

L’eau comme de la musique

Qui rythme la marche

Les animaux qui apparaissent

Et s’enfuient à notre approche

Parfois il suffit d’attendre un peu

Pour qu’ils réapparaissent

Les courbes des sommets

Parfois acérés comme des flèches

Les lacs aux eaux changeantes

Le turquoise, le vert, le brun

Suivant la lumière

Tellement élégante elle aussi

Parfois crue

Parfois tamisée par les nuages

Parfois absente dans la nuit noire

Aux étoiles innombrables

L’élégance aussi dans les cols

Qui dévoilent soudainement

Le prochain paysage

Les chalets encore debout

Ou abandonnés par l’homme

Mais dont les pierres

Continuent de raconter l’histoire

Et les surprises s’enchainent

Telles les pages des livres qui dévoilent

Peu à peu les mystères

Marcher dans ses lieux

Si loin de tout

Du bruit, de la fureur des hommes

De la confusion et de l’inutile

Là haut tout est réduit au minimum

Et tout à coup

Nous avons assez pour vivre

 

Mais quand je suis redescendu dans la vallée

Par celle de Rodolphe

Ou des Flamands Roses

Mais celle de l’urbanisation et de la foule

Désorientée et criarde

J’ai vu des gens qui avaient réduit le monde

À un écran de dix centimètres carré

Et qui ne savaient plus marcher

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 08:45

Au refuge de Wills, sous la barre des Fizz. Tchac et tic et tac...tchak et tic et tac

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 08:16
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor

Jour 16 - Modane – refuge du Mt Thabor – 12km / +1500 / -250

10° ce matin au réveil. Ça pince un peu. Le départ est à deux pas de chez Alexandre et il m’a bien prévenu : 

» Ça monte tout le temps jusqu’au refuge et tu peux pas te tromper, c’est tout droit ».

Fastoche….

Le temps est maussade comme on dit et tout le temps de la montée je vais répéter cette phrase célèbre d’un grand poète connu :

« Et j’enlève la veste…………..oh »

« Et je remets la veste…………ah »

Et je finis par la garder car plus je grimpe plus ça caille et au col de la Vallée Etroite, ça se dégrade soudainement et c’est même sous le grésil et la neige que j’arrive au refuge du Mt Thabor vers 13h00 (2502). Je ne vais plus bouger de l’aprèm comme la plupart de ceux qui arrivent. Ah ben tiens, voila Marcia et Reynold qui pointent leurs nez aussi et transis. Thé chaud avec une petite poire. Tout à coup le refuge se transforme en tripot ; qui de la belote, qui du Trivial, qui de ci qui de ça. Pour nous trois, partie de Yam’s qui nous occupe deux bonnes heures, le temps de voir tranquillement venir l’heure de l’apéro et du repas…………

Repas végé pour tout le monde et grâce à moi : « Chili con carne sin carne » lance le gardien génial. Ça en surprend certains mais pour moi c’est bonard…..en plus de la soupe de pois cassés, de la salade, du fromage et d’un brownie à tomber par terre et tout ça à 2500m…du délire en bio…..une petite boutanche pour fêter mon dernier refuge partagée avec les potes de la table, une fille et ses 3 amours ; 

»Mon père, mon amant et mon meilleur ami ».

Ambiance géniale avec les godasses en prière devant le poêle, les fringues qui sèchent partout et la tempête dehors qui fait claquer les volets la nuit. On s’en fout, on dort.

Jour 17 – Briançon via le Mt Thabor, les cols de Méandes et Muandes – 21km / +1375 / -1850

Petit déj à 6h30. Je crois qu’il neige encore. Avec Reynold et Marcia, nous décidons d’attendre jusqu’à 7h30 pour partir. Le gardien affirme que ça va s’arranger. Et c’est vrai, une première tâche de lumière apparait. Let’s go !!!

Il nous faut trois heures pour atteindre le sommet mais c’est une vraie hivernale avec neige et glace au haut mais quel bonheur !!! Nous sommes les premiers après les deux premiers, un père et son fils qui ont quitté le refuge un peu avant nous. Nous avons suivi leur progression.

Nous profitons du sommet pour nous seuls durant 30mn car les premières cordées se pointent sur la pente. Pause dans la chapelle à l’abri du vent et du froid. La foule arrive et nous redescendons mais l’option par les crêtes s’avère délicate et nous décidons de faire le grand tour par les cols (+ 2heures). Dans la montée des jeunes filles coquettes en basket et petites chaussettes. Je pense qu’elles vont avoir froid aux pieds….

Chemin magnifique par une succession de cols et de lacs avec les sommets enneigés en panorama. Que rêver de mieux pour cette dernière journée en montagne. Col des Muandes (2838) dernière montée avant de redescendre dans la vallée de la Clarée. Reynold et Marcia filent devant et moi je traine. Je veux profiter au maximum des ces derniers instants de solitude et de marche. La vache de crotte, c’est le dernier jour……j’ai envie de chialer….

 

Là vous allez en prendre plein les mirettes…..

Fazez gaffe…

Mettez des lunettes…..

Pour ceux qui veulent un peu de chiffres : 285km et 20000m+

un sac à dos de 60l de chez Quichoix

une paire de Salomon Goretex 4G

2 litres d'eau dans le sac

des fruits secs

des Gibassiers qui ont tenu jusqu'au bout

7 cartes IGN

un topo

un Fuji XQ1 pour les photos

une paire de jumelles (même si c'est un peu lourd à porter...si tu veux j'peux t'aider....)

pas beaucoup de fringues

ça donne 14kg chargé et ça s'allège au fur et à mesure

 

Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Grande Traversée des Alpes - Extension du domaine de la marche - Vers Briançon par le Thabor
Repost 0
Published by didier falleur - dans randonnées
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 07:56
Sardières - Savoie même Hte Maurienne pour préciser
Sardières - Savoie même Hte Maurienne pour préciser
Sardières - Savoie même Hte Maurienne pour préciser
Repost 0
Published by didier falleur - dans tracteurs et vieux bazars
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 07:15
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane
Grande Traversée des Alpes - deuxième semaine - Mt Blanc jusqu'à Modane

Jour 9 – vers le refuge Nant Borrant – 16km / 1025+ / 1367- on passe sous le refuge du Gouter

Deuxième semaine. Je suis dans le temple de l’alpinisme et c’est magique. Tout est beau tour de moi. Je repars ragaillardi par le copieux petit déj de l’hôtel, y’a un méga buffet et j’en vois qui s’empiffrent à l’aise…

Je reprends une télécabine pour arriver direct à 1800. J’aurais pu le fer à cheval mais l’étape se présente assez longue déjà. Allons-y mollo…..

C’est la première étape du TMB et les nationalités se bousculent : j’entends parler Russe, Anglais, Espagnol et je marche avec un groupe d’Ukrainiens et du Caucase emmené par un jeune guide Russe. Karacho !!!!

Sur la carte IGN, y’a plus de sentiers que de routes. C’est impressionnant !!! Au dessus de nous, le train à crémaillère emmène les touristes au Nid d’Aigle et sur la crête, le refuge du Gouter a fière allure. A la jumelle, j’observe des cordées qui redescendent du Mt Blanc. D’ici, ça parait facile.

Les Contamines, gros cagnard, petit jardin en hommage à Samivel et deux églises baroques dont l’une accueille un concert de musique …baroque….c’est plein à craquer…je continue jusqu’au refuge…..magnifique maison de 1842 entretenue avec soin et chaude atmosphère avec ses boiseries et son plancher en bois. La chambre est belle et je la partage avec le couple du Caucase entre autres. C’est  un  nouvel  havre de paix dans la forêt et l’ambiance y est aussi  excellente  entre tous les randonneurs. Un pinson vient grappiller des miettes tombées sous les tables. Son  chant change  de  quand  il est  dans  les  arbres : piit….piiiiiiiit…. Je  dine  entres autre avec  des  américains de  partout.  Une fille de SF  qui  photographie  tout  ce  qu’elle  mange  et  qui  s’envoie  à  elle  seule  son  litron de rosé.  Elle a la santé !  Et un couple de profs Utah et Texas.  Il est tatoué jusqu’aux poignets en dragons classiques. On se régale avec repas hyper copieux…. que du bonheur encore une fois !!!!!!

Jour 10 – Vers le refuge du Plan de Lai (CAF) – 30km /+1540 / -1435 – Variante par la Tête Nord des Fours (2756m)

Réveil à 6h, ça gigote de partout. Je finis par me lever vers 7h. Boycott Lipton Yellow, merci juste de l’eau chaude.

Départ 8h15 pour le col de la Croix du Bonhomme donné pour 3h15 ; j’arrive en 2h30 et je n’ai pas l’impression de forcer mais c’est vrai que je ne m’arrête pas beaucoup. Pour la peine je me fais une rahouette vers la Tête des Fours, j’ai tout mon temps. 2758m, j’ai jamais été aussi haut.

Vue sur le Mt Blanc coté Italien. Pas de pot pour eux tout de même qu’il soit du coté français…j’aurais bien voulu assister au découpage de la carte…..

Je redescends au col, pause casse croute et passage par le Crête des Gittes. C’est joli, ça serpente par tous les cotés de la montagne mais ça grogne pas loin et je ne traine pas pour arriver au refuge. La route passe à coté. Je suis le premier arrivé. Une bière pour fêter ça….toutes les occasions sont bonnes !!!!

Pendant le repas je discute politique avec un jeune couple norvégien car ils me demandent ce que je pense de Macron…..et bien allons-y………….

Jour 11 – Vers le refuge de Rosuel (Vallée de la Tarentaise) – 20km / +1290 / -1650 – Variante par le Col des Fonds

 

Il pleut dans la nuit

Et le vent forcit

A 7 heures c’est toujours la pluie

Mais à 8 heures

La pluie a fini de tomber

Alors je m’en vais

Et il n’a plus plu de la journée

 

Drache drache drache

A tel point que je me demande un moment si c’est raisonnable de partir

Mais je commence à connaitre le truc

Il suffit d’attendre un poil

Et ça rate pas

A 8h ça s’arrête et peu après le ciel s’ouvre

Et donc je pars

Le sentier passe par le flanc de la montagne par des alpages full of Tarines

Vous savez celles qui n’ont des beaux yeux

Mais quel tempérament ces vaches

Et ça se rentre dedans à grand coup de cornes

Et ça cavale dans la prairie

Et ça fait du bruit

En contrebas le lac de Roselend manque d’eau

Première grimpette vers le col de Bresson avalé en 4 heures

Durant toute la montée nous sommes surveillés par la Pierra Menta

Magnifique pointe dressée vers le ciel

Qui change de forme au fur et à mesure

Elle a été gravie pour la première fois en 1922

Une plaque commémore cette ascension au col

Des gamins dans la montée et je me plais à écouter leur histoires

Celles qu’ils inventent pour frimer un peu

Quelle chance ils ont de se retrouver dans cet univers

Au bord du lac ce sera encore des jeux avec des cailloux et la petite qui crie du refuge

« Venez, on va choisir notre dortoir !!! »

Ils ont vraiment l’air d’être heureux

Je les suis jusqu’au refuge du Presset, son lac, ses bouquetins et son air frais

Et puis tant que j’y suis vers le Col du Grand Fond (2671) avec vue sur ??????

Ben non, c’est un peu bouché y’a que la face italienne comme amuse bouche

Allez, on redescend…direction Tarentaise..Je sens que ça va encore cartonner ce truc

Le taxi vient me récupérer dans la descente pour m’emmener directement au refuge de Rosuel

Ça évite une marche un peu fastidieuse en fond de vallée sur du macadam et au milieu des bruits de circulation

Tout le monde me dit que c’est pas la meilleure partie du trek

Et zou…….

Et devinez ?? Je retrouve le couple de suisses laissés à Chapelle

Alors retrouvailles et racontailles

Jour 12 – Vers le refuge du col de Palet (2600m) – 15km / +1570 / -545 – variante par le refuge du Mt Pourri

Ça devient une habitude, comme le trajet me parait vraiment très court (4 heures prévues) je repère sur la carte un sentier qui passe par le refuge du Mt Pourri. Mais qu’est ce qu’il a de si pourri ce Mont ? Allons voir un peu. Ça monte bien mais c’est normal dans le coin. En chemin j’observe une fille qui tripote son téléphone. Elle me dira qu’elle fait des relevés et même que son boulot est trop bien. Je la comprends, arpenter la montagne en travaillant y’a pire………………

Deux heures pour atteindre le refuge, gardien hypra cool qui me dit de continuer pour aller visiter l’ancien refuge transformé en musée. C’est pas de refus et la surprise est magnifique avec photos et histoires….toute l’histoire de la montagne, des pionniers et des hommes qui la chérissent dans ces 20m². Piolets, cordes, crampons accrochés aux murs, têtes blanches serrées les unes contre les autres autour de la table puis corps alignés par terre dans les duvets avant de se réveiller tôt le matin pour gravir le glacier.

Je reste un bon moment dans cette petite pièce qui a du voir de sacrés trucs.

Je redescends rejoindre le GR5. Je vais être seul presque toute la journée et j’arrive au refuge vers 15h30 juste avant la pluie. Peut-être une des plus belles rando à ce jour même si c’est difficile de faire un classement mais cette vallée glaciaire qui monte progressivement vers le col est vraiment magnifique (ouais, tu verras plus tard). Les norvégiens passent en coup de vent mais décident de continuer jusqu’à Tignes et peu à peu le refuge se remplit. Encore une très grande extra journée de marche……une famille tient le refuge et encore une fois c’est presque tout bio et délicieux.

Jour 13 – Vers le refuge entre deux Eaux – 20km / +720 / -1175 – pas de variante y’a des montagnes partout

A vrai dire le classement ne vaut plus rien tellement c’est beau partout car je rentre dans le Parc de la Vanoise et il parait que c’est pas dégueu par là non plus.

Réveil 6.30 déj à 7.00 avec la famille aux deux garçons sympas, Victor 7 ans et son petit frère Gauthier 4 ans et ses mimiques drolissimes. Dès 8.00, descente sur Tignes (c’est assez moche) pour remonter fissa vers le col. Y’a un funiculaire souterrain qui emmènent les skieurs sur les pentes du glacier à 3600 mais je continue à pied. Les norvégiens me doublent et je ne les reverrai plus. Puis je suis seul……………….

Au petit col cracboumhue….c’est le Mt Blanc qui revient. Cela fait 5 jours que j’ai quitté son domaine et il et là tranquille à dominer le paysage. Quel bazar !!!!!

Je passe sous le glacier de la Grande Motte et je peux voir les skieurs évoluer. Je suis à 2800 et eux seulement à 3300. A partir de là, le spectacle sera saisissant dans une immense vallée glaciaire avec la Grande Casse au dessus de moi. Cela me rappelle le Népal comme quoi il ne faut pas aller si loin pour s’en prendre plein les mirettes. Je flâne, je traine, je prends tout mon temps jusqu’à picniquer face à la vallée malgré un vent froid, c’est trop beau !!!!

Le torrent de la Liesse coule bruyamment alimenté de tous les cotés par les glaciers ; plus bas, le pont de Croé Vie (chemin minable) marque le départ du sentier vers le centre de la Vanoise. Puis c’est le refuge, ensemble de maisons ou anciens chalets tenu par des allemands et c’est peut-être aussi pour cela que la bière du soir est aussi allemande mais nonobstant délicieuse. Encore une super soirée avec plein de nouvelles têtes. Un gars a une grosse jumelle kakun œil et on peut observer les chamois faire les fous sur la crête.

Jour 14 – vers Termignon – 20km / +950 / -1780 – Variante par le Refuge de l’Arpont

C’est peut-être le dernier jour où je peux choisir mon chemin alors je ne vais pas me gêner et plutôt que de descendre direct vers Termignon, je choisis bien sur d’aller plut haut vers ce fameux refuge dont on m’a parlé au Palet. «  Ne ratez pas le refuge de l’Arpont, ça vaut le détour ».

Ça commence toujours par une grimpette et de nouveau les alpages et les vaches qui tentent de vous barrer la route. Faut forcer un peu le passage elles sont curieuses, vous reniflent et semblent dégoutées par l’odeur.

Puis c’est une longue traversée autour des 2500m par les lacs de Lozières et sous le glacier du Pelvé. Il y a du monde sur le sentier, le tour de la Vanoise attire les gens. Vue plongeante sur la vallée de la Leisse et les sommets de la Grande Motte et de la Grande Casse (tout est grand ici) où je passais hier. Soudain, le refuge de l’Arpont se dévoile, majestueux vaisseau de pierres lancé dans le vide. Quelle réalisation (tout de même 3 millions d’€). Déjeuner sur la terrasse, les nuages gris et le vent ayant décidé de s’enfuir au loin. Il fait chaud, on se croirait au Club Med. Long moment de contemplation et de détente en compagnie de deux gars qui ont décidé de s’arrêter ici, le prochain refuge se trouvant à plus de 6.30 de marche et il est déjà 2 heures. Moi je continue car il me reste aussi 3 heures de marche pour Termignon.

Longue promenade en balcon, cascades, chalets, dernière grimpette puis descente depuis Montalfa (ruines) à travers une belle forêt et c’est le village et l’auberge de la Turra pour ce soir. De nouveau un peu de confort et c’est tant mieux. « Garçon, une Chouffe Soleil. Non deux please !!!! Merci »

Jour 15 – Vers Modane – 23km / +890 / -250 – par Sardières, Aussois et le Monolithe

Après cette nuit magnifiquement réparatrice dans cette super auberge, vraiment je recommande, le réveil se fait sous la pluie mais j’avais été prévenu depuis plusieurs jours. Le pire jour de la semaine. Il pleut, pas trop, mais si…j’attends….et voila, à 9h30 c’est fini. Bon j’ai du attendre plus longtemps que d’habitude mais il suffit d’un peu de patience. Alors je peux y aller. Avant de quitter le village, je vais voir le monument aux morts : une femme qui pleure sur une longue liste de disparus. La famille Venaz ne s’en relèvera pas : 6 morts. Le sentier passe par les villages de Sardières et Aussois ainsi qu’un fameux monolithe. J’ai le temps jusqu’à Modane, mon CS n’arrive qu’à 17h00.

Ça change de passer par des villages typiques de Maurienne mais les églises sont fermées et pas possible de les visiter (Baroque). Heureusement, le Monolithe est ouvert et c’est tant mieux car il est impressionnant avec ses 93 mètres de hauteur. J’en fais le tour. Puis c’est le charmant village d’Aussois. Ouf, l’église est ouverte et je peux rentrer voir ce décor baroque si fameux dans la région elle est pas mal du tout. Je redescends ensuite par une succession de forts italiens qui protégeaient la frontière. Napoléon a failli les détruire mais le risque disparaissant il a laissé tomber l’histoire. Le pont du Diable franchit la rivière et je retrouve le GR5. Encore quelques kilomètres et je suis à Modane. Ça serait pas l’heure de la bière ???? C’est un peu tôt mais le petit bar affiche : "St Feuillin à la pression" c’est une invitation que je ne peux pas refuser tout de même, c’est trop rare…………en voila une belle conclusion………….

Belle soirée en compagnie d’Alexandre, mon CS qui m’accueille ce soir. Autour d’une pizza, il me raconte sa passion pour les vieilles pierres et son désir de terminer sa vie à restaurer des châteaux ou des donjons. Son appart est tout petit et très encombré et il me propose son lit pour dormir. Beau geste d’amitié. Un grand merci à lui.

 

 

quelques vieux bazars oubliés
quelques vieux bazars oubliés

quelques vieux bazars oubliés

Repost 0
Published by didier falleur - dans randonnées
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 07:14

Le long d’un canal

A travers la forêt

Je croise un écureuil

Aussi curieux qu’un chat

Puis c’est la ville

La gare que je commence à connaitre

Le train est à quai

Je n’ai plus qu’à monter

Me laisser trans-porter

Le voyage est un peu long

La montagne s’efface peu à peu

Après Manosque

Nous traversons un paysage de désolation

Tout à brulé

Le feu a détruit la végétation

Et les animaux qui y vivaient paisiblement

Le vent a déchainé la folie des hommes

 

Marseille vite oubliée

Aubagne, la laideur me saute aux yeux

Filles et gars habillés sans gout

Vulgarité affichée et provocante

Heureusement le havre de paix de mes amis

Va vite m’éloigner de ce monde sans grâce

Je vais m’y reposer un moment

Comme une halte

Un sas de décompression

Mais ce n’est pas l’envie qui manque

De repartir aussitôt

La montagne a bouleversé ma vision du monde

La marche a modifié le rythme de ma vie

C’est de cela dont j’ai envie

 

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 13:00

1er jour – se rendre au départ, Thollon les Memises

D’abord un train pour Lyon, puis un autre pour Evian qui passe par Bellegarde. La dernière fois que j’y suis passé, c’est à vélo et il n’y a pas si longtemps que ça. De là attendre le bus mais il part à 18h et des brouettes mieux vaut tenter le stop mais je ne suis jamais venu dans ce coin alors je traverse la ville à pied depuis la gare. Bars, boutiques, banques, pharmacies, casino et les sources de la fameuse eau. Je ne savais pas qu’elle coulait à flot et je suis passé sans remplir ma gourde. Le magasin bio du coin vend des nectarines à 9 euros et pas un fromage du coin. J’attendrai.

Une mère et sa fille me prennent à la sortie de la ville et font un détour pour me rapprocher puis m’offrent une des  glaces qui commencent à fondre dans le sac de courses. Je prends !

J’ai une petite marche de mise en route pour rejoindre mon gite de ce soir à Lajoux.

Lajoux, Mijoux, hiboux, cailloux….

Je fais des courses à la fromagerie.

Le ciel est sombre

L’orage gronde

Jour 2 – Vers Bernex – 17km /  +1010/ -970

Le ciel est bleu

L’orage est parti

J’ai démêlé les nuages

Pour libérer le terrain

Montée assez raide pour atteindre la crête des Memises et son pic. Un peu frais là haut mais grand panorama sur le lac qui se dévoile ou se cache au gré des nuages qui laissent entrevoir le sommet du Jura au fond. C’est pas mal pour commencer.

Au col de Perthuis, je décide de rallonger la sauce sinon je vais être à deux heures au gite. Ça va pas le faire

Ça passe aussi par une échelle de 12m qui plonge

Une famille entière la remonte dont une petite fille qui passe ça sans frémir mais quand même assurée par son oncle et encouragée par toute la tribu. Je voudrais faire tous les sommets que je vois dont cette Dent d’Oche mais je devrais me contenter de regarder sa face nord impressionnante. Descente dans une belle forêt et son ruisseau qui dévale. Arrivée vers 15h00, j’ai le temps de me reposer.

 

Jour 3 – vers Chapelle d’Abondance – 17km / 1750+ /-1960 par Cornettes de Bise (2432m)

Départ 8h15 de la Fétuière pour une série de cols : Porte d’Oche (1937) avec une brève vue sur le Mt Blanc qui semble encore loin, Col du Pavis (1944) et Col de Bise. Je discute un moment avec un couple de Hollandais en sandales et sac à dos des années 70. Ça doit être leur âge aussi. Ils partent trois semaines sur le GR5 en autonomie et me disent ne pas aller très vite. Je confirme. Je leur souhaite bonne route.

Au col de Bise, longue descente vers les chalets du même nom. Y’a un monde pas croyable. Ah, y’a un parking où je ne compte pas moins de 50 bagnoles. Ceci explique cela. Remontée vers le Pas de la Bosse (1816). Si je vais directement à l’étape de ce soir je vais encore y être à 2 heures. Alors que j’hésite, un groupe s’engage vers les Cornettes de Bise. Je leur demande le niveau de difficulté et ils me disent que ça se fait alors je les suis puis je les double vite. Il me faut deux heures pour atteindre le sommet par des pentes raides et deux petits passages un peu délicats. Immense vue sur le lac Léman, le lac de Neuch au fond et les crêtes du Jura mais ça caille grave. Je ne m’attarde pas trop sauf pour observer une étagne et son petit pas du tout farouches en train de grignoter de l’herbe et des fleurs. Un groupe du Ht Doubs m’indique le chemin pour redescendre. Tout est réglé.

Arrivée vers 17h30. Très longue descente mais le gite de ce soir est super accueillant et voila une journée bien remplie.

Jour 4 – Vers Montriond – 16km / +1265 / -1320 - La trilogie de Tavaneuse

Rapide transfert vers le lac des Plagnes. Je décide de faire une trilogie : lac, col et Pic de Tavaneuse. Ça sera toujours un peu plus long que l’étape normale.

Montée vers les chalets d’Ardens. Sur le chemin, je croise un gros caillou (je vous le disais bien) : le rocher de Cubourré et j’invente rien. Il date de centaines de miyons d’années et a été déposé ici il y a 16000 ans. Depuis il ne bouge plus……

Chalets, vaches et sérénité. Je suis seul. Au col, je redescends sur le lac et nouvelle montée. Je gravis le pic en moins de deux (c’est pas dur). Je sors les jumelles pour observer ce qui se passe autour : au sud, la station d’Avoriaz et ses drôles d’immeubles. J’apprendrai plus tard que la circulation automobile y est interdite et que tout se fait en traineau à cheval. Bonne idée. Au nord, je vois la Dent d’Oche et les Cornettes faites hier. D’ici la pente parait vraiment raide mais maintenant je sais comment ça se passe là-bas.

Descente jusqu’au lac de Montrions et rapide transfert vers les Chalets des Mines d’or. C’était une blague mais tout le monde y a cru. Une petite heure pour rejoindre le gite de ce soir sous la barre des Terres Maudites. Refuge des Chardonnières pour ce soir : étable en montagne.

L’étable en bois doit dater de chai pas quand et pourrait faire frémir les gars de la commission.

« Mais on ne vend rien ici, c’est pour notre production : nourrir les veaux et les cochons » me dit la patronne.

« Et puis un peu de lait pour les clients et la cuisine ; c’est pour cela qu’on nous embête pas ».

Le fils gère le refuge en été (« mais il n’aime pas faire la vaisselle » me dit sa mère qui se paye une bonne engueulade avec lui) et joue les conducteurs de traineau en hiver à Avoriaz (c’est comme ça que je l’ai appris). Il y a 100 chevaux en permanence là-haut. Il en possède 5, des Percherons que j’ai croisés dans la prairie en montant au refuge. Le père s’occupe des vaches et la mère de la cuisine. Nous sommes une bonne vingtaine et c’est complet. Ambiance top avec les autres randonneurs et je sympathise avec Jacky, un chef de groupe qui connait parfaitement les Alpes.

« J’y viens depuis que j’ai 14 ans et je découvre encore des endroits inconnus. J’aurais jamais tout fait » et il me donne des indications pour demain pour éviter le parcours moyen prévu pat le GR5.

D’abord le Pas de la Platte dans ces fameuses Terres Maudites puis la Tête de Bostan pour finir par le Pas au Taureau sous les Dents blanches. Ça me parait très alléchant cette variante. Merci Jacky.

Jour 5 – Vers le refuge de Folly – 10km /+1280 / -1070 par Platte et Taureau (2555)

Oui mais au matin le temps n’est pas folichon : tous les sommets sont dans ce schwarz et c’est pas ce qu’il y a de mieux pour faire de la montagne. Que faire ? J’attends pour voir et je fais bien car peur à peu des traces de bleu apparaissent et l’option devient possible. C’est parti. Le Pas de la Platte est sur la crête des Maudites par une montée raide de 900m dans les alpages puis dans un dédale ; le passage délicat consiste en une petite cheminée de 10 mètres avalée en trois pas. Cool !!!!!

Je sors dans le brouillard mais tout à coup ça se lève et bang dans les yeux. Un couple me dit de faire attention à deux edelweiss en bord de chemin. Je les vois bien. Tête de Bostan et pause repas au col du même nom.  J’ai un pied en Suisse et l’autre en France. Le pas au Taureau est juste au dessus. C’est tout simplement magnifique !!!!!!!!!!!!!!!

J’attaque le col par un beau raidillon mais un câble aide à la montée. Un rocher magique m’offre la vue des ses strates torturées comme un masque grimaçant. Pause au col avec vue de l’autre coté….Pfuhhhh !

Un couple me rejoint venant des Dents blanches mais je ne sais vraiment pas par où ils sont passés (eux non plus m’avouent-ils) mais ça a l’air vraiment raidos…..barges !!!!

Je continue vers le refuge du soir mais ça va prendre un long moment par un lapiaz immense et tortueux. Je suis vraiment content d’arriver.

« Humeur du jour : Bonne, excellent même » affiche le tableau noir du refuge de Folly. Tout se présente extra bien.

C’est le 14 juillet. Ce refuge est un endroit incroyable avec une ambiance du tonnerre et où les gens ont l’air de revenir avec plaisir : chef Népalais et Charlotte, la boss, fait le clown. Tout ça vaut bien une bonne bière…….

Jour 6 – Vers Sixt-Fer à Cheval – 13km / +830 / -1495 c’est de plus en plus beau et c’est pas fini je le sens

Après un petit déj grandiose qu’on se demande bien pourquoi c’est pas partout comme ça

«Ben, vous avez besoin de force » me dit Marion la fille de Charlotte, je pars vers 8h15 pour le Lac des Chambres, lac glaciaire 2°, 3° pas plus on m’a prévenu pas vraiment pour la baignade mais somptueux. Vamos !!!

Ça grimpe tranquillou jusqu’à 2200. Le lac est splendide, encore pris dans la glace aux reflets bleutés puis le sentier monte doucement vers le col des Chambres à 2338. Un peu de monde pour gravir le Pic de Bellegarde juste au dessus. Descente vers le refuge de Vogeale par le Pas de l’Ours…y’a de la bestiole dans le coin.

Ça passe même s’il faut faire gaffe

Au refuge où je fais une pause accompagnée d’un délicieux gâteau aux pomme, j’apprends qu’une jeune fille s’est tuée dans ce même pas il n’y a pas longtemps. L’endroit est idyllique, calme et voluptueux. Je reste un bon moment.

Descente vers le cirque du fer à Cheval par le Bout du monde et sa série de cascades et bien sur, vous le devinez : des milliards de monde…..mais ça se comprend car c’est assez grand comme pestacle…..

Au parking, le rdv avec le taxi est foiré alors je fais du stop et ça marche illico (3008 flambant neuve mais drôle de sensation d’enfermement dans cette voiture). Je rejoins le gite de ce soir à Salvagny. Peut-être la plus belle journée de ces six premiers jours. Ça mérite une bonne bière !!!!

Jour 7 – vers le refuge de Moëde d’Anterne sous la barre des Fizz – 14km / +1585 / -402

Même si le patron est super sympa et pas avare de renseignements, le petit déj est sous forme industrielle et tout en plastique. Je me demande comment un refuge de 76 places ravitaillé par hélico se démerde pour servir du bio et de la haute qualité alors que dans ce gite de village non. Faudra qu’on m’explique. Départ 8h15. La fille un peu précieuse (Céline) avec qui j’ai diné préfère marcher seule et je vais y repenser dans la montée car ce sont quelques centaines de personnes qui font le même chemin que nous…y’a mille bagnole au parking. Mais au fur et à mesure de la montée ça s’éclaircit après les cascades comme celle là....

Pause déjeuner au refuge Wills sous la barre immense des Fizz. Imaginez une falaise de 1000m au dessus de vous qui ressemble à un immense navire. C’est géant et magnifique ! Et ça restera comme un très grand moment de cette rando. Souvenez-vous : Les FIZZ.

Lac d’Anterne, j’en fais le tour pour voir sa perte. Etonnant d’observer un lac qui disparait dans un tas de cailloux comme par magie…..il resurgit un peu plus bas. Des pécheurs tâtent la truite à la mouche. Beau geste….

Dans la montée je double pour la troisième fois un couple un peu âgé et j’entame la conversation avec la femme. Agés tu parles, il a 64 ans et sort de convalescence après un AVC à 57 ans et 8 jours de coma, chaise roulant et la première fois qu’il a marché il a fait 500m en une heure!!!!!! Alors pour des anciens alpinistes, pouvoir monter au lac d’Anterne c’est que du bonheur comme elle dit : « On profite de tous les instants ! » je peux le comprendre.

Col d’Anterne, 2335 et paf dans les mirettes : Mt blanc, Dôme du Gouter, Mt Blanc du Tacul, Aiguille du Midi et des trucs encore comme les Drus et des Aiguilles partout. La vache !!!!! j’ai pas fait tout ce chemin pourre rien. Descente au refuge…….et vive la bière !!!!!

Jour 8 – Vers Les Houches par le Brévent – 14km / +1085 / -650

Ce refuge est une punition, ses proprios ne pensent qu’au pognon ; 52 balles la ½ pension sans droit à la douche alors qu’il est ravitaillé en bagnole. Repas indigne : fondue et petite coupelle de salade de fruits directement sortis de la conserve. Quant au petit déj, une micro plaquette de beure accompagné d’une toute aussi petite portion de confiture. Le pompon arrive quand je reçois mon picnic : un petit sandouiche avec feuille de salade fripée et deux tranches de tomates ; je pousse une gueulante et j’obtiens deux tranches de gruyère (ils vendent ça 12 balles). Ah oui mais je suis sur le TMB mais je crois que la réputation de ce gite est connue de tout le monde.

Mais j’ai passé une soirée sympa avec trois femmes autour d’un belle partie de Yam’s ou je me suis immiscé presto. Non mais sans blague !!!!!! On a longuement discuté car elles connaissant très bien Vercors, Belledonne et Chartreuse. Terrains connus.

Descente en fond de vallée et remontée de l’autre coté. Ça devient un classique. Belle pause dans les ruines de chalets en pierre puis monté au Col du Brévent. Des marmottons font les zozos autour du terrier. Je monte jusqu’au sommet et je me fais plaise en redescendant tout dans la cabine jusqu’à Cham. 1700m de descente très peu pour moi aujourd’hui fieu !!!!

Chamonix, la foule et le plaisir de se fondre dans le paysage local avec un sac sur le dos. C’est la norme ici et les innombrables  boutiques  de  sport  en  attestent.    J’échange  ma  vieille  veste Patagonia  contre  une  neuve  avec la complicité de la patronne de la boutique qui me la reprend en garantie. J’ai juste à remettre un peu au bout….cadeau du jour…..merci Madame !!!!

Stop jusqu’aux Houches où je suis hébergé ce soir…..dans un hôtel 2 stars…..Ouahou, quel luxe ! Je sens que je vais apprécier.

Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Grande Traversée des Alpes – Lac Léman >>> Briançon – 17 jours - 1ère semaine du Léman à Chamonix
Repost 0
Published by didier falleur - dans randonnées
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 12:58

Je marche

Je regarde mes pieds

Je marche

Je regarde mes pieds

Je m’arrête

Je regarde le paysage

Je repars

Je regarde mes pieds

J’évite des fourmis

Qui traversent le sentier

Je regarde mes pieds

J’évite un scarabée

Je lève la tête

Je regarde le paysage

Je repars

J’évite un escargot

J’évite une limace

J’évite tout ce qui passe sous mes pieds

Même si je sais que j’ai du en écraser quelques uns

Crotte !!!!

Ces bestioles ont tout de même le droit de vivre en paix

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
21 juin 2017 3 21 /06 /juin /2017 18:04

Mon corps nu se laisse caresser

Par la brise du ventilo

Il fait vraiment chaud

Et ça me rappelle le brésil

Quand j’attendais que la fournaise extérieure se calme pour bouger

Plus tard dans la soirée

Boire une Antartica et manger un acarajé

Ou summum du raffinement

Um tapioca com quejo sur le parvis d’une église de Recife

Ou alors je passais ma journée à la plage

A naviguer entre l’océan et la paillote

Où régnait une ambiance délicieuse

Entre musique et grignotages

J’avais une propension à ne rien faire

A savoir ne rien faire de spécial

Quand on a tout le temps à soi

Rien ne presse

Rien n’est important

De toute façon il va toujours se passer quelque chose un moment

Alors rien ne presse

A Salvador, il y a les allers et retours incessant entre la Praça de São Francisco et les plages de Barra

Le bus navette était gratuit

Et je souviens des émeutes

Quand le gouvernement a voulu le rendre payant

On les a brulés

Je rencontrai Caetano Veloso au Zanzibar tenant de lui vendre les colliers que je fabriquais

Et qui me permettaient de vivre la journée

Et le rencontrai encore tard dans la nuit à la sortie d’un autre bar

Et lui de me dire : « Frances ! Mas vocé otra vez !!!!! »

Comment j’ai pu passer ces années dans cette oisiveté magnifique

À profiter du temps des gens et de tous ces instants offerts par la vie

Je ne sais pas vraiment mais tout ce que je sais c’est que j‘en ai bien profité

Et c’est certainement pour ça que je sais aujourd’hui

Encore le faire : rien

Ou alors faire pour vraiment faire

Pas pour s’occuper ou tuer le temps

Dans ces cas là

Je préfère ne rien faire

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie à la maison
commenter cet article