Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 11:34

Zappa, Bashung et maintenant Lou Reed... Ma discothèque va bientôt ressembler à une compilation de souvenirs et je ne compte pas Ravel, Debussy ou Chostakovitch mais il n'étaient pas des amis de jeunesse. D'aucuns diront que c'est déjà un miracle qu'il ait survécu jusqu'à 71 ans avec tout ce qu'il s'est enfilé dans les veines et autres orifices mais bon, y'en a d'autres qui sont toujours là et qui resistent.....Le Velvet n'est pas venu tout de suite mais il est arrivé à s'immiscer dans ma vie et preuve en est que leurs disques sont bien présents et je n'ai pas eu à courir dans le magasin le plus proche à l'annonce de sa mort pour savoir de quoi il s'agissait ou pour faire "comme si je le connaissais depuis longtemps".

Non, "Walk on the wild side" on a vachement dansé la dessus et aussi "Vicious". C'était quand c'était bien chaud dans les soirées alors on métait un bon Velvet sur la platine.

Il était marié à Laurie Anderson et c'est une super artiste aussi qui a enregistré avec William Burroughs et d'autres. On peut l'écouter et ce sera un peu comme continuer avec Lou......

 

J'aime bien "The day John Kennedy died" dans l'abum Blue Mask

 


I dreamed I was the president of these United States
I dreamed I replaced ignorance, stupidity and hate
I dreamed the perfect union and a perfect law, undenied
And most of all I dreamed I forgot the day John Kennedy died

I dreamed that I could do the job that others hadn't done
I dreamed that I was uncorrupt and fair to everyone
I dreamed I wasn't gross or base, a criminal on the take
And most of all I dreamed I forgot the day John Kennedy died

Oh, the day John Kennedy died
Oh, the day John Kennedy died

I remember where I was that day, I was upstate in a bar
The team from the university was playing football on TV
Then the screen went dead and the announcer said,
"There's been a tragedy
There's are unconfirmed reports the president's been shot
And he may be dead or dying."

Talking stopped, someone shouted, "What!?"
I ran out to the street
People were gathered everywhere saying,
Did you hear what they said on TV
And then a guy in a Porsche with his radio hit his horn
And told us the news
He said, "The president's dead, he was shot twice in the head
In Dallas, and they don't know by whom."

I dreamed I was the president of these United States
I dreamed I was young and smart and it was not a waste
I dreamed that there was a point to life and to the human race
I dreamed that I could somehow comprehend that someone
Shot him in the face

Oh, the day John Kennedy died
Oh, the day John Kennedy died
Oh, the day John Kennedy died
Oh, the day John Kennedy died

Repost 0
Published by zedid - dans correspondance
commenter cet article
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 10:51

Omar – par le réalisateur palestinien Hany Abu-Assad


Omar, Tarek et Amjad, trois amis d’enfance n’en pouvant plus de l ‘occupation que subit leur pays, décident de passer à l’acte et de tuer un soldat israélien posté de l’autre coté de la frontière. Ils s’entrainent et le jour prévu, ils choisissent au hasard celui qui passe dans la lunette. Très vite, les services spéciaux israéliens capturent Omar et pour se sortir du risque de la prison à vie, il accepte sous la contrainte de collaborer. Mais il y a un autre traitre dans le groupe. Nous sommes en Palestine et nous vivons parmi ces gens, leur vie de tous les jours, leurs peurs mais aussi leurs rires, leurs blagues et leurs amours; l’entraide quand l’un des leurs se fait pourchasser par la police.  

Le film splendide d’Hany Abu-Assad nous plonge dans ces réalités quotidiennes avec une justesse et une maitrise incroyables mais dans une économie de moyens dont pourraient prendre exemple quelques réalisateurs plus enclins à l’esbroufe qu’aux messages que peuvent apporter le cinéma.

Quand Omar escalade le mur à l’aide de la corde à nœuds pour rejoindre la fille qu’il aime c’est tout le symbole de la résistance qui se présente à nous et quand il se fait aider par cet homme qui passe, c’est tout le symbole de la lutte qui s’affiche.

C’est un film haletant, illuminé par la beauté des  gens qui y habitent. Un film indispensable à voir absolument

Repost 0
Published by zedid - dans Cinéma
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 16:39

Baignade surveillée – Guillaume Guéraud – La Brune au Rouergue


Un couple se délite doucement mais la tradition veut que les vacances se passent au Cap Ferret tous les ans alors comme tous les ans la famille traverse le sud de la France (ils habitent à Marseille mais on sait bien que la vraie mer se trouve vers l’océan… n’est-ce pas ???) pour retrouver le camping habituel, la place habituelle et les rituels …Tout se détraque quand le frère du mari débarque à l’improviste. Ce frère, on connait son passé, son histoire chaotique,  son parcours plus que délicat de la vie alors forcément les vacances vont être chamboulées. Il vient de commettre un braquage  plutôt viril et il vient se planquer ici en attendant ….. Il fait mine de rien, s’intègre à la vie familiale, fait rire l’enfant de ses pitreries mais ce n’est que partie remise.  

Guillaume Guéraud parle merveilleusement bien de la relation entre frères, de ce qui les sépare mais aussi de ce qui les rapproche. Ecrivain jeunesse, il nous livre avec ce roman court et tendu un superbe moment de violence contenue.


En librairie le 8 janvier 2014…..faudra attendre…mais ça vaut le coup

 

 

Album – Marie Hélène Lafon –Buchet-Chastel

C’est le tout de la vie qui nous entoure. Enfin pour ceux qui sortent de leurs paysages et rencontrent ceux des autres. Ici on parle du Cantal mais cela pourrait être tout ailleurs suivant la voix de celui qui le décrit. Vaches, cochons, tracteurs, chiens, pierres, chemins…..La poésie des mots de MH Lafon nous transporte dans des mondes si simples mais pourtant si beaux. De la dentelle diraient certains. Certes,  mais de celle qui façonne les beaux habits, les couteaux guillochés et les chemins creux. C’est à déguster comme un vin de pays que seuls les connaisseurs savent vous faire découvrir.

 


Repost 0
Published by zedid - dans lectures
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 09:24

Lors de notre rando dans cette région, nous avons croisé des chasseurs avec qui nous avons echangé quelques propos sur leurs déchets mais cela semble s'organiser après quelques décennies de pollution organisée.

Mais nous avons surtout évoqué la présence des loups. Massif du Teillon et village de Soleilhas. Ce chasseur s'est retrouvé devant une meute menée par un mâle "Alpha" (une bête magnifique m'a-t-il avoué) suivi d'une femelle et d'autres mâles. Il a fallu qu'il soit à moins de 15 mêtres d'eux pour qu'ils fassent demi tour. Armé d'un fusil et prêt à s'en servir si nécessaire il me dit :

"Mais que se passera-t-il si cela arrive à des randonneurs  ?????

La question mérite d'être posée.

Ce sont une dizaine de loups qui se sont installés dans cette vallée et sachant qu'ils n'ont pas de prédateurs et qu'une femelle peut avoir deux portées de 4 à 6 louveteaux par an, faites le calcul et on arrive vite à un nombre important.

Les chevreuils et autres mouflons ont disparu déjà dévorés.

On estime leur nombre entre 1500 et 2000 répartis dans toute la France et on sait qu'ils se trouvent à moins de 200km de Paris (Hte Marne). Je ne suis pas pour l'abbatage systématique de ces bêtes, bien au contraire mais je croyais qu'ils avaiant tendance à fuir l'homme et visiblement ce n'est plus le cas......

Une autorisation d'abbatage de 25 bêtes a été faite tout de suite remise en cause par les écologistes de PACA. Tout est donc en suspens.

 

On attend la suite ....

 

.2013-10-18 14.45.50  Les Crètes du Teillon

 

 

Les loups se trouveraient sur le versant gauche de la montagne de droite......Vallée du village de Soleilhas

2013-10-18 16.33.14

Repost 0
Published by zedid - dans randonnées
commenter cet article
21 octobre 2013 1 21 /10 /octobre /2013 06:33
1er jour :
St André des Alpes >>> Castellane via Les Granges et La Baume
18km - 6 heures -
en route, découverte du Temple du Mandarom et de la religion Aumiste...bon...
et chute de Sophie qui se déboite le coude mais heureusement il se remet tout seul....mais ça fait mal.....et ça fait un peu peur aussi sur le coup.
Nuit au gite de "L'Oustaou" tenu par un couple de Chartreuse...tiens donc ....on parle du pays (39,50€ la 1/2 pension)

2013-10-17 14.30.22  2013-10-17 15.36.50

2013-10-17 15.39.03  

2° jour : Castellane>>> Soleilhas via le Teillon ou aussi "Les Quatre Termes" (1892m). 15km - 8 heures - fort dénivelé raide (1200m)

2013-10-18 08.40.41  2013-10-18 14.06.15
2013-10-18 14.30.51-1  2013-10-18 14.45.50

Au passage, sur la crête vers le col des Portes, on tombe sur des chasseurs à l'affut de volatiles "comidiz" et sur leurs barbecues bien particuliers : canettes, bouteilles d'eau, cartouches...etc....Dans la descente nous rencontrons un groupe de chasseurs sur le retour et j'entame la discussion sur ce sujet : il s'avère que depuis le 1er janvier 2013, les chasseurs doivent rapporter leurs cartouches tirées...mais il y a bien sur des "brebis galeuses même chez les randonneurs" ajoutent-ils tout de suite (bien sur...). De fait, on apprend donc que les chasseurs devaient brûler leurs cartouches sur place depuis ??? 1900 ????
Bon ça change depuis 2013...Ouf !!!!!

2013-10-18 15.19.03   2013-10-18 15.19.42
2013-10-18 15.19.49

Nuit au gite de Soleilhas : 14€ la nuitée en gestion libre. Petite épicerie dans le village mais heures variables.
2013-10-18 16.16.50   2013-10-18 16.33.14

 
3° jour : Soleilhas>>> Entrevaux -  25 km - 8 heures - beaucoup de montées et descentes - plusieurs beaux villages comme La Sagne, Ubraye et la Chapelle de St Jean du Désert et les ruines de Veraillon.

2013-10-19 08.18.23   2013-10-19 08.29.57
2013-10-19 13.58.27   2013-10-19 14.00.22-1
Au Plan, stop jusqu'à Entrevaux pour arriver avant 17h00 à l'office du tourisme ( ça ferme).
Nuit au gite communal (15.30€) Surprise, nous sommes 6 et visiblement ce n'est pas prévu pour 6 (5 chaises !!!!) et il faut traverser une chambre pour atteindre la suivante, point de portes manteaux ni de rangements....C'est un peu la pagaille !!!! Surtout que le groupe de 4 va se retrouver à 8 demain (capacité du gite : 7 couchages...trouvez l'erreur....). Pas grave on dormira dans la salon.... On s'en fiche on s'en va....Ne ratez pas le pti bar ou on sert de la Chouffe, de la Maredsous (entre autres, excusez du peu) et la bière locale : la Cordoeil et pas que... La Bombasse (10.5°). Oufti...Quel régal !!!!

2013-10-19 17.58.21   2013-10-19 18.14.47
2013-10-19 18.32.26

4° jour : Sophie me dit qu'elle a quand même un peu mal à son coude et qu'elle ressent la fatigue cumulée alors on rentre d'autant plus que la météo n'est pas terrible alors restons sur cette belle impression des ces 3 jours.
Train des Pignes jusqu'à Digne : deux heures de splendide balade dans les montagnes.....Tchouk tchouk nougat ; ça secoue, ça siffle aux passages à niveaux, ça patine dans les montées, ça klaxonne sévère quand une bonne femme tente de traverser devant lui....ça laisse passer les écureuils, ça ralentit dans les courbes et ça fait du bruit dans les tunnels....C'est le train et j'aime ça....
2013-10-20 08.50.45   2013-10-20 08.54.20

Retour par la route : visite des prieurés de Ganagobie et de Carluc. Les sommets du Luberon sont embrumés et point de Montagne de Lure itou....La pluie pour l'arrivée chez nous.....On a bien fait de rentrer...

2013-10-20 11.35.34  2013-10-20 13.40.52

Repost 0
Published by zedid - dans randonnées
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 18:49
Sur la crête du Teillon vers le col des Portes (Alpes de Hte Provence, entre Castellane et Soleilhas), je tombe sur des chasseurs à l'affut de volatiles "comidiz" et sur leurs barbecues bien particuliers : canettes, bouteilles d'eau, cartouches...etc....Dans la descente je rencontre un groupe de ces messieurs sur le retour et j'entame la discussion sur ce sujet : il s'avère que depuis le 1er janvier 2013, les chasseurs doivent rapporter leurs cartouches tirées...mais il y a bien sur des "brebis galeuses, même chez les randonneurs" ajoutent-ils tout de suite (bien sur...). De fait, j'apprend donc que les chasseurs devaient brûler leurs cartouches sur place depuis ??? 1900 ????
Bon ça change depuis 2013...Ouf !!!!!
Amis de la nature bonjour !!!!!!!!!!!!!!

2013-10-18 15.19.03 
2013-10-18 15.19.42
2013-10-18 15.19.49
Repost 0
Published by zedid - dans randonnées
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 15:38

 

 

 

2013-10-13 11.09.49  Le bateau de la compagnie tunisienne : Carthage/Goulette mon vélo est peut-être dedans ??????

 

 

2013-10-13 11.11.46                2013-10-13 11.12.08

2013-10-13 11.12.54    

 

 

2013-10-13 11.14.10   

 

2013-10-13 11.14.26

 

Dernière vision de Travis vélovolé ce jour......................Putaing !!!! 2 cette année ça commence à gonfler.....

 

2013-10-13 11.16.52

 

2013-10-13 11.17.16

 

2013-10-13 11.17.58

 

2013-10-13 11.18.08

 

2013-10-13 11.19.13

 

2013-10-13 11.21.23

 

2013-10-13 11.31.06

 

2013-10-14 14.22.09

 

2013-10-14 14.28.37

 

By bye Marseille, je reviendrai te voir mais à pied la prochaine fois....

Repost 0
Published by zedid - dans photos
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 18:23



Compagnie k - William March – Editions Gallmeister – 230 pages – traduit de l’américain par Stéphanie Levet


En 1917, des américains quittent leur pays pour faire la guerre. La compagnie K fera face à ses atrocités, ses combats, ses gaz jusqu’à la signature de l’armistice. Dans son récit, William March nous invite à écouter les cent treize soldats qui la constituaient. Cent treize témoignages, cent treize formes d’expressions depuis le plus simple soldat jusqu’au capitaine. Nous sommes dans leur pays pendant les entrainements et les préparatifs du départ, nous traversons l’océan, nous débarquons et nous nous retrouvons dans les tranchées. Nous vivons au quotidien avec ces hommes et nous vivons la guerre. Brefs, anxieux et parfois teintés de poésie, ces récits nous touchent profondément car ils racontent au plus près ce que ces hommes ressentaient. Puis il y a le retour et les marques indélébiles, les traumatismes, les membres amputés, et la joie aussi de retrouver ceux qu’on a quittés alors que beaucoup ne sont pas revenus. L’auteur manie les styles comme autant de personnages de cette tragédie humaine.
Combattant lui-même durant cette guerre, ce roman est traduit en français pour la première fois.
 
La constellation du chien
 
La constellation du chien - Peter Heller – Editions Actes Sud – 329 pages – traduit de l’américain par Céline Leroy
 
Ce roman post apocalyptique, dans la pure lignée de « La route » de Cormac McCarthy mais sans présenter une aussi grande noirceur, nous plonge après « La Fin de toute chose » dans le monde de la survie, de la défense de son territoire, de l’empathie ou de la haine des survivants. Deux hommes y défendent leur domaine : un jeune et un plus vieux, spécialiste de l’armement (lourd). Le jeune sait piloter un avion et s’en sert donc pour survoler les zones sinistrées à la recherche d’intrus éventuels  ou de vie. Mais cette vie rencontrée est-elle synonyme de danger ou de demande d’aide ???? Il va souvent retrouver un groupe d’humains vivant à l’écart et atteints d’une maladie contagieuse mais il vient les aider comme il peut.  Tout n’est pas aussi tranquille et il faut parfois se battre….. Ce roman nous enseigne sur nos instincts, comment se sortir de ce monde mort : récupérations, débrouilles mais sommes nous vraiment les seuls à voir survécu ? Rentrer en contact ou le repli sur soi ???? Beaucoup de questions donc…..
Repost 0
Published by zedid - dans lectures
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 09:53

conjuration

 

 

 

Difficile de faire un résumé de ce livre tant son sujet nous perturbe car nous fouillons les zones d’ombre de nos vies dans des lieux totalement improbables. A l’aide de cartes IGN,

l‘auteur repérait dans Paris et sa banlieue des endroits abandonnés où il devenait Robinson moderne et s’abandonnait à des rêveries magnifiques. Mais le temps passe et ces espaces disparaissent peu à peu remplacés par des centres commerciaux ou industriels qu’il espère un jour envahis de nouveau par une nature ayant repris ses droits.

Désœuvré, il s’associe avec un écrivain reconverti dans la création de secte mais le projet semblant aussi compliqué qu’aléatoire, il retourne à la recherche de caches et de lieux oubliés ou floutés et tous ces renseignements l’aide à pénétrer dans des endroits abandonnés ou interdits d’accès.

Sa vie devient peu à peu à l’image des lieux fréquentés : cachée jusqu’à devenir invisible. Il y rencontre d’autres individus ou fait des adeptes qui cherchent eux aussi à devenir invisibles dans ce monde qui tend à faire de tous un modèle unique. Réflexion sur l’identité, sur la notion de révolte, le livre de Philippe Vasset jette un regard aigu sur notre société.

Repost 0
Published by zedid - dans lectures
commenter cet article
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 08:26

Levallois-Motos devient Motorino

 

Levallois Motos a perdu son panneau BMW. Depuis combien de temps cet établissement représentait-il cette marque ? Je ne sais pas exactement mais en 1963 une facture ne mentionne que les marques Terrot, BSA et Motobécane, déjà plus que respectables.  Motard de presse à l’agence Angéli entre 1986 et 1991, située elle aussi à Levallois- Perret, c’est naturellement que je faisais entretenir ma K75 de service dans cet établissement.  

Quand Bertrand Crépy a repris cette honorable maison dans la fin des années 1980, c’est tout aussi naturellement que je confiais ma moto à ses mécaniciens qui avaient suivi la mutation.

Un peu plus tard, après des déboires professionnels dus à une certaine crise de 1993 alors que je tentai de survivre dans ma petite entreprise de restauration de motos classiques et prestigieuses (Britam à Gèmenos), Bertrand Crépy  m’a proposé de rejoindre son équipe. Je n’ai pas hésité une seconde et nous avons collaboré durant 5 années avant que ma destinée ne me dirige vers la Belgique ou mon métier de professionnel de la moto s’est encore enrichi.

Nous sommes restés en contact permanent, soit lors de visites dans son établissement où je retrouvai avec plaisir mes anciens collègues avec qui j’avais passé tant d’heures (à s’engeuler parfois mais à bien rigoler aussi…) soit lors de coups de téléphones avec « la caissière » ou le chef d’atelier.

Levallois-Motos était une sorte d’institution dans le monde de la moto, une carte de visite professionnelle indéniable et qu’elle ne fut pas ma stupéfaction d’apprendre cet été que le mariage avec BMW était rompu. La décision bien sur n’émane pas du concessionnaire mais bien de la maison mère (peut-on encore utiliser ce terme qui se rapporte  plus à un sentiment nourricier plutôt que dévastateur quoique parfois …..).  Mais ces carnassiers de la finance et du marketing n’ont de loi que la leur et si vous ne rentrez plus dans leurs schémas vous disparaissez illico même si vous vous êtes donnés corps et âme pour cette marque pendant plus de 30 années. Investir, investir, s’agrandir, s’agrandir, se plier aux marché quitte à transformer un établissement où l’on parlait encore entre personnes pour le transformer  en cathédrale prétentieuse et ou les euros remplacent l’humain.

Je n’achèterai plus de BMW même si je roule encore sur cette marque mais mon vieux flat (poussif), je l’ai acheté chez Levallois quand j’y travaillais et il vient de fêter ses 20 ans et 150000km. Mais les nouvelles ne sont pas toutes si mauvaises et Levallois Motos continue de vivre sous le nom de MOTORINO et devinez pourquoi faire : Piaggio et MOTO- GUZZI et quand on sait que cette marque a été créée en 1921, soit 2 années avant BMW (et paf !!!), on reste donc dans l’histoire de la moto et je suis sur que MOTORINO  en sera une digne représentante.

Longue vie à MOTORINO.

Tchao e ci vediamo pronto……………..

 

Didier Falleur

Repost 0
Published by zedid - dans correspondance
commenter cet article