Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 16:30
En montagne tout est élégance

En montagne tout est élégance

Le torrent qui dévale

La pierre qui brille au soleil

La rocher qui jalonne le sentier

Le bruit du vent

L’eau comme de la musique

Qui rythme la marche

Les animaux qui apparaissent

Et s’enfuient à notre approche

Parfois il suffit d’attendre un peu

Pour qu’ils réapparaissent

Les courbes des sommets

Parfois acérés comme des flèches

Les lacs aux eaux changeantes

Le turquoise, le vert, le brun

Suivant la lumière

Tellement élégante elle aussi

Parfois crue

Parfois tamisée par les nuages

Parfois absente dans la nuit noire

Aux étoiles innombrables

L’élégance aussi dans les cols

Qui dévoilent soudainement

Le prochain paysage

Les chalets encore debout

Ou abandonnés par l’homme

Mais dont les pierres

Continuent de raconter l’histoire

Et les surprises s’enchainent

Telles les pages des livres qui dévoilent

Peu à peu les mystères

Marcher dans ses lieux

Si loin de tout

Du bruit, de la fureur des hommes

De la confusion et de l’inutile

Là haut tout est réduit au minimum

Et tout à coup

Nous avons assez pour vivre

 

Mais quand je suis redescendu dans la vallée

Par celle de Rodolphe

Ou des Flamands Roses

Mais celle de l’urbanisation et de la foule

Désorientée et criarde

J’ai vu des gens qui avaient réduit le monde

À un écran de dix centimètres carré

Et qui ne savaient plus marcher

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 08:45

Au refuge de Wills, sous la barre des Fizz. Tchac et tic et tac...tchak et tic et tac

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 07:14

Le long d’un canal

A travers la forêt

Je croise un écureuil

Aussi curieux qu’un chat

Puis c’est la ville

La gare que je commence à connaitre

Le train est à quai

Je n’ai plus qu’à monter

Me laisser trans-porter

Le voyage est un peu long

La montagne s’efface peu à peu

Après Manosque

Nous traversons un paysage de désolation

Tout à brulé

Le feu a détruit la végétation

Et les animaux qui y vivaient paisiblement

Le vent a déchainé la folie des hommes

 

Marseille vite oubliée

Aubagne, la laideur me saute aux yeux

Filles et gars habillés sans gout

Vulgarité affichée et provocante

Heureusement le havre de paix de mes amis

Va vite m’éloigner de ce monde sans grâce

Je vais m’y reposer un moment

Comme une halte

Un sas de décompression

Mais ce n’est pas l’envie qui manque

De repartir aussitôt

La montagne a bouleversé ma vision du monde

La marche a modifié le rythme de ma vie

C’est de cela dont j’ai envie

 

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 12:58

Je marche

Je regarde mes pieds

Je marche

Je regarde mes pieds

Je m’arrête

Je regarde le paysage

Je repars

Je regarde mes pieds

J’évite des fourmis

Qui traversent le sentier

Je regarde mes pieds

J’évite un scarabée

Je lève la tête

Je regarde le paysage

Je repars

J’évite un escargot

J’évite une limace

J’évite tout ce qui passe sous mes pieds

Même si je sais que j’ai du en écraser quelques uns

Crotte !!!!

Ces bestioles ont tout de même le droit de vivre en paix

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
13 juin 2017 2 13 /06 /juin /2017 18:38

Nous attendions le soleil

Pour 14 heures

Il est apparu à 14h05

Nous ne lui en tiendrons pas rigueur

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 18:11

J’ai fait du stop entre Arles et Tarascon

Je m‘attendais au pire

Plutôt je m’attendais à la déception

Hé bien non

Enfin pas tant que ça

Laissé par le bus à un carrefour

Le chauffeur s’est arrêté pour moi

J’ai marché jusqu’à la route et j’ai tendu le pouce

De bagnoles en pagaille avec personne dedans

C’est normal c’est la norme

Et ça ne m’étonne pas plus que ça

Après le pouce je fois des doigts…d’honneur

Un énorme camion freine et le gars me dit de monter

J’en crois pas mes yeux

Grimper c’est vraiment le terme car la cabine est à 20 mètres de haut

Et je n’exagère jamais vous savez bien

Et avec le sac à dos ça ressemble à une montagne

Le mec me dit : » j’ai vu les bâtons de marche »

Il me raconte sa vie durant le petit parcours

Tous les détails, les horaires, les trajets

Ce mec a vraiment envie de parler

Le camion est chargé de 30 tonnes de gravier

Mais les 500cv du berlingue font le travail sans sourciller

J’ai passé 15 minutes avec lui mais c’est comme un grand voyage

Au carrefour avec St Rémy il me laisse

Deuxième tronçon

Encore pareil

Des gens seuls en bagnoles et bien sur on ne s’arrête pas

Ça peut salir la moquette

Et puis une 106 pourrite

vitre cassée

Carrosserie défoncée

Un jeune beur qui s’arrête

Et qui me dépose dans Tarascon

Et même fait un détour pour moi

Vraiment sympa

Il m’a dit qu’il faisait du stop plus jeune quant il ratait le bus pour aller au collège

Voila 1heure pour 15km mais une sacrée expérience

Une expé en pays sudiste mais qui peut aussi modifier les impressions

Le voyage c’est toujours comme ça

On ne sait jamais d’avance

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 20:50
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....
Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys-  Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....

Le canal des Baux - les carcasses - ciste en fleur et Orchidée Ophrys- Les Opies et le chateau de la Reine Jeanne qui attendait le Roi René.....

Montée au sommet des Opies (Les Alpilles – Eyguières – 498m)

On a reporté la montée de mardi ça soufflait à plus de 100

Aujourd’hui ça se tente c’est un modeste 60 qui nous attend

Nous longeons le canal des Beaux

Qui s’est refait une beauté

Derrière un talus des carcasses métalliques attirent notre regard

Une 203 résiste vaillamment aux morsures du temps

Et un capot de 4L tente un sourire figé

La montée au sommet se fait dans un dédale de petites vallées encaissées

De roches à grimper et de fleurs à découvrir

Le vent se fait piquant

Au sommet un homme se tient silencieux un appareil en bandoulière

Nous nous abritons derrière le mur de la tour

Retour par un autre vallon

Un autre massif nous offre ses strates régulières

Il faudra bien un jour tenter de s’y aventurer

Visite des ruines d’une demeure romaine

Du château de la Reine Jeanne

Des ruines mais de beaux restes

Le temps laiteux rendu cette rando presque fantomatique

La brume et la lumière tamisée les arbres encore nus

Ce n’était pas tout à fait la Provence habituelle

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 13:07
Abbaye de Pierredon (don) iris sauvages et amandiers en fleurs
Abbaye de Pierredon (don) iris sauvages et amandiers en fleurs
Abbaye de Pierredon (don) iris sauvages et amandiers en fleurs
Abbaye de Pierredon (don) iris sauvages et amandiers en fleurs

Abbaye de Pierredon (don) iris sauvages et amandiers en fleurs

malgré le froid qui s'annonce

c'est le besoin de sortir

qui se prononce

du Mas de Gourgonnier

prendre le sentier qui monte doucement à gauche et le suivre

une hache enterrée marque l'entré du domaine de Pierredon

mais ça n'a rien à voir avec une guerre

tapis de lavandin coupés court

vignes bien entretenue

allée de platanes majestueux et sculpture colorée

la cave est nouvelle et elle marque la bifurcation

nous sommes toujours à l'abri du vent mais ça ne va pas durer

nous évoquons des amis et le vlatipa qui débarque au détour d'un virage

chevauchant son vtt avec un ami

ça c'est plus fort que le roquefort

Salut Fernand !!!!!!!

Domaine de Vallongue, encore du pinard mais celui ci ne vaut plus grand chose

abandonnée par la famille avant d'être repris par des matuvus snobinards

et au mauvais gout certain

leur vin n'a plus rien à voir avec celui que je pouvais déguster

dans la cave jadis modeste

le palais d'aujourd'hui n'attire que des gogos

nous continuons vers Gros Calan et c'est là que ça se gâte

nous sommes découverts par le vent qui s'en donne à cœur joie pour nous refroidir

il faut presser la pas au risque de congeler

et attendre d'être nouveau à l'abri dans la face sud

pour retrouver la chaleur du soleil bien généreux

paysages doux, amandiers en fleurs et proposant leurs variations printanières

nous rentrons doucement

accompagnés sur la fin par le vacarme gentil des motocrosseux en délire

mais ils ne font de mal à personne

et pourquoi leur interdire

de s'éclater à tourner en rond dans la poussière

c'est moins dangereux que des kalachs

**************************************************************************

http://www.gourgonnier.com/

**************************************************************************

http://www.abbayedepierredon.fr/#/Accueil

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 09:27
Retour dans les Alpilles
Retour dans les Alpilles

Reprendre la randonnée dominicale après cette longue absence

Par petites touches

D’abord discrètes et légères

Puis je peux doucement retrouver le rythme d’avant

Alors pour cette fois retour dans les Alpilles

Mais celles du haut

Pas ses contreforts

Le départ se fait toujours du même endroit

Un peu plus haut que Maussane

Près de la sculpture dite du Jardin de la Paix

Représentant un olivier stylisé dans une plaque de métal

Passage entre les deux massifs mais obliquer à gauche vers la crête des Grands Calans

Ça grimpe bien puis on la traverse pendant une petite heure avec un petit pas d’escalade facile

Je retrouve le sentier jusqu’à la citerne des Amants

Qui marque la descente du même nom

C’est raide aussi et ça glisse un peu

En bas nous rencontrons un groupe de trois perdus malgré leurs beau GPS en collier

Je les aide avec la carte

On remonte vers le croisement du GR6. Peu de monde, il est encore tôt

Redescente par le GR6 vers st Rémy et virage sec à droite après le défilé

Le sentier suit les bosses des vallées qui coulent depuis le haut

C’est bon pour l’entrainement

La nature évolue plus vite que l'on ne pense

Par exemple, le gros tronc d'arbre où j'avais l'habitude de m'arrêter pour le casse croute

Est devenu un tas de poussière

Et les sentiers un peu cachés sont vraiment envahis pas les arbustes

Et il va falloir faire quelque chose si l'on de veut pas qu'ils disparaissent pour toujours

Puis c’est la porte cachée de la Combe Secrète, faut le savoir

Mais je sais où c’est après avoir cherché de longs moments

Deux voies possibles mais celle de gauche est encore plus planquée (repérer un gros caillou au sol)

Ça grimpe encore très raide dans un long pierrier puis ça se calme un peu en arrivant sur la sortie

Je me suis amusé comme d’habitude à retirer toutes les rubalises

Car un sentier d’aventure se doit de le rester…non mais sans blagues…..

Pour la première fois je croise des gens qui s’apprêtent à en faire la descente

Incroyable….des gens dans la Combe Secrète…….mais ça va encore ….deux !!!!

Repos en haut avec un groupe de je ne sais où qui disent que des âneries sur la géographie locale

Et en plus en parlant bien trop fort…ça réveille les plantes…..

Traversée du plateau de la Caume et son parterre de thym et de romarin

On retrouve le croisement du matin et on se dirige vers le rocher des Deux Trous

Où un groupe à la mauvaise idée de piqueniquer

Ce qui ne donne pas envie de rester trop longtemps

Redescente sévère dans le vallon St Glerg, rejoindre le PR

Puis bifurquer à gauche près d’une ruine pour affronter le Mt Gaussier

Achhhhh…… Gross zurpriz….les échelles sont condamnées….

Il faut contourner par un chemin qui longe la falaise et la aussi, la deuxième échelle est condamnée

Mais des petits futés ne s’en sont pas laissés compter et ont fixé des gros carrés de bois ce qui permet d’y grimper

Ouf ! Tant mieux sinon nous aurions été obligés de modifier l’itinéraire.

Grimpette au sommet du Gaussier par un petit passage d’escalade très facile (grosses prises)

Traversée et redescente jusqu’à la route

Mais tous ces détours ont rallongé le parcours et la fatigue se fait un peu sentir

Il nous faut encore rejoindre le parking du col et retourner à la voiture

Nous arrivons vers 18h00, juste avant la nuit…..belle bambée

Plus de 21km et 830m de déniv positif ; pour les Alpilles, c’est pas mal.

Chui un peu naz

ps : j'envoie donc un message pour les randonneurs aimant ce coin pour éventuellement envisager un nettoyage des sentiers non balisés mais pour autant empruntés. Quand vous voulez....

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 17:27
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver
Dans notre jardin d'hiver

les Alpilles en hiver

notre jardin fleuri

les falaises de Jean Jean

des voies à en pleurer

puis les crêtes pour voir de plus haut et quelques petits pas de danse

tiens un oppidum ......

pis des fleurs mais on est pas en hiver ???

des vues des vues et encore des vues

depuis le Vallon et le Castellas

allez, on rentre avant la nuit

(alors 18km et presque 300m de déniv !!!!! oufti, ça devient sérieux)

Repost 0
Published by didier falleur - dans poésie en marche
commenter cet article