Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 13:11

 

D’abord parler de la monture, un TREK 7.4 acheté via le Bon Coin pour 450€ soit un prix très raisonnable et pas trop lourd grâce à la fourche carbone. Y’en a qui dépensent plus mais à part acheter un VAE, de toute façon il faut pédaler. Les bagages se nomment Ortlieb et sont au nombre de 3, deux sacoches latérales de 35L et une autre type boudin de 31L (pour le matériel de camping) qui vient s’accrocher aux autres, c’est prévu par le fabricant. C’est la majorité du matériel que vous voyez accroché aux vélos avec une autre marque VAUDE mais c’est kif-kif. Tout est étanche et ne craint pas les intempéries. Vaut mieux. Y’a aussi une sacoche de guidon ABUS qui n’existe plus sur le marché. La mienne a 20 ans et se porte à merveille . C’est peut-être pourquoi ils ont arrêté de la vendre : trop solide !!! J’ai juste remplacé le porte carte totalement bouffé par le soleil et les années par un nouveau (Ortlieb).

Les pneus sont des anti-crevaison Continental à l’AV et Schwalbe à l’AR. Lui, il faudra le changer bientôt. Phare AV B&W allemand comme la lumière AR avec piles rechargeables. Pas encore de dynamo incorporée peut-être plus tard mais faut changer la roue AV et installer des fils électriques partout. Pas fan !

Groupe Shimano 3X9 et roues de 28 pour un meilleur rendement et pneus VTC en section 28 à l’avant et 35 à l’AR pour le poids mais je pourrais passer en 32… on verra.

Voila la bête et on peut y aller………….

 

Quelques réflexions sur le voyage à vélo

La chose qui m’a le plus étonné quand je suis rentré après ce mois de voyage, c’est justement d’en avoir transporté si peu, des choses : 2t-shirt, 2 zlips, 2 paires de chaussettes, un pantalon léger, un short et une paire de cuissards avec des t-shirts techniques très légers et très voyants. Sécurité !

Polaire légère plus une plus chaude au cas où, une veste de pluie, sandales et chaussures. Le tout tient dans une sacoche. Et quand vous rentrez chez vous et que vous voyez tout ce qu’il y a dans vos tiroirs, vous vous demandez bien à quoi ça sert d’avoir tout ça qui dort la plupart du temps toute l’année. Je vais faire du tri. Le problème c‘est que je n’use pas mes affaires… elles durent...elles durent….je ne vais plus rien acheter.

Cela me rappelle les trois années passées en Amérique du sud avec un sac à dos comme toute richesse et à part un hiver à São Paulo je n'avais pas besoin de grand chose pour me vêtir.                                     

Le matériel de camping est constitué d’une tente MSR Hubba/Hubba NX acquise d’occaz quasi neuve chez le BC. 2 places, grande et 1,53kg (250€ au lieu de 450€ neuve...j’ai sauté dedans dès que je l’ai vue). Un matelas Expé gonflable mais trop encombrant…duvet chaud, drap et petit oreiller. Tabouret pliant vintage extra même si un peu lourd (980gr). Pas de popote. Une trousse de secours.

Des outils, câbles, démonte pneus, ch. à air de rechange, pièces diverses comme le Leatherman Juice avec tire-bouchon !! et des rilsans……indispensables pour tout réparer au milieu de nulle part, j’en ai fait l’expérience. Ça pèse un peu tout ça mais faut bien l’avoir.

 

Quelques réflexions sur le voyage à vélo
Quelques réflexions sur le voyage à vélo
Quelques réflexions sur le voyage à vélo

Parfois, en arrivant à l’étape, je me dis que j’ai été trop vite, que j’ai loupé des choses à voir en chemin comme des petites places de village, des chapelles, des bâtiments anciens mais les Voies Vertes passent souvent à coté des villages, le long des canaux ou des anciennes voies de chemin de fer et pas au milieu des villages. Il faut sortir de la voie. Je le fais de temps en temps. Même s’il y a déjà beaucoup de choses à voir en chemin, on en rate forcément.

Découvrir une ville à vélo et un vrai bonheur. On va assez vite pour tout voir mais on s’arrête quand on veut à condition d’avoir un bon antivol pour l’attacher et ses affaires bien gardées quelque part (camping, hôtel ou hôte). Les centres villes sont généralement bien interdits à la circulation et c’est un grand pas en avant. Évitez tout de même les grands week-ends car il y a beaucoup de piétons.

Un livre à lire : Pourquoi pas le vélo de Stein van Oosteren. "Il explique pourquoi le vélo est un moyen de déplacement incomparable : efficace, bon pour la santé, le moral, la vie et l’organisation sociale, et la planète. Il ne s’agit pas ici d’un exposé d’idées utopiques, mais de conclusions étayées par les résultats concrets qui ont été obtenus par les politiques pro-vélo menées dans les pays et villes les plus avancés. Ce livre explique aussi pourquoi, en France, le vélo est encore considéré comme du folklore par une grande partie des élus et de la population. Mais les choses évoluent très rapidement, et la prochaine épidémie sera peut-être celle du vélo, mais cette fois-ci pour notre plus grand bien. Le vélo vous veut du bien, et ce livre réjouissant vous aidera peut-être à faire la transition vers votre propre avenir." C'est pas de moi.

Quelques réflexions sur le voyage à vélo

Une autre chose m’a perturbé durant ce voyage, ce sont les arrêts prolongés, comme si le fait de ne plus être en mouvement provoquait une perte de sens dans le voyage et même si j’ai apprécié et savouré ces arrêts riches en rencontres et en échanges, ils demandent toujours un nouveau départ pour que le voyage reprenne ses droits et le départ se fait sans tristesse et regret. Le bitume qui défile lentement sous l’ombre que font le vélo et mon corps dans une symbiose parfaite. Les jambes tournent, le bruit feutré des pneus, l’air que je respire, les animaux rencontrés aux bords des rivières, le vent parfois qui freine l’élan mais pas trop violent tout de même. Tous ces éléments qui créent le bonheur permanent de rouler à vélo, d’aller toujours de l’avant. Les cotes sont franchies lentement, le souffle s’installe doucement et quand il n’y en a pas, c’est la compagnie des rivières et leur paysage toujours différent qui m’accueille et l’eau est toujours douce à regarder.

Les vélos croisés, très peu dans la première partie, énormément sur l'EV6 donnent l'espoir que la bicyclette sortira bientôt de l'idée unique d'un sport comme le pensent certains professionnels vers un vrai moyen de transport qui permettra de se libérer du monde abrutissant du tout automobile.....

TOUS A VELO !!!!!!!!!!!!!!!

Pendant un mois, je me suis déconnecté de tout, pas de radio, pas d’ordi, pas de journaux, pas de bonnes et mauvaises nouvelles. J’échange avec le gens rencontrés et c’est toujours très intéressant. De toute façon, quand je suis rentré, j’ai vu que rien n’avait changé, que les Ukrainiens se font encore massacrer par les Russes et le reste alors un mois de plus ou de moins sans nouvelles ça change que dalle mais au moins, on respire. J’ai tout de même pris des nouvelles des deux courses de MotoGP, y’a des évènements qu’il ne faut pas négliger….

Partager cet article
Repost0

commentaires