Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 06:53

Un jeune comédien plutôt branché console de jeu que celui d’acteur, trouve un petit rôle dans le film que tourne une sommité du cinéma français, Cédric Rovère, joué par l’immense Michael Lonsdale. C’est un peu aussi pour ça que je me suis laissé tenter par ce film.

Ce dernier met en scène un texte d’Honoré d’Urfé, publié en 1607, « les amours De Céladon et Astrée ». Forcement, le jeune acteur va déchanter devant les conditions du tournage alors qu’il a « déjà engagé des frais ».

Déguisé en berger et à la demande du réalisateur, il va endosser un rôle plus important à la suite de l’absence de l’acteur principal.

Lonsdale/Rovère est d’une tendresse infinie avec ses acteurs et son équipe, tentant par tous les moyens de faire comprendre la poésie et les subtilités du texte. Peu à peu, une amitié va naître entre lui et cet acteur et l’alchimie va se produire. Mais il tombe aussi amoureux de l’actrice, qui était venue pour l’autre, et qui a du mal avec son coté balourd et ses blagues nulles.

Léa Fazer nous fait partager les moments secret d’un tournage de film d’auteur et bien sur, les références à Rohmer sont évidentes mais absolument délicieuses. Michael Lonsdale incarne avec majesté ce réalisateur par des mots infiniment précieux dans nos temps parfois bien vulgaires et on se prend à vouloir lire ce texte ancien. N’est ce pas la preuve de la réussite de ce film tout simple mais joué par d’excellents acteurs sans omettre son coté déconnant du meilleur effet et ça fait un bien fou. Un grand merci Monsieur Lonsdale.

Maestro – film de Léa Fazer – 2014 - France 1h25mn

Partager cet article

Repost0

commentaires